L'importance de la surveillance de la QAI dans les écoles, crèches...

Technoram vous informe ....

Extrait d'un article paru le 20/12/2017 sur la Marseillaise.fr
Une étude mesure l’évolution des maladies respiratoires de 1 500 écoliers. D’ici 2018, la qualité de l’air intérieur des écoles et des crèches devra faire l’objet d’une réglementation de surveillance.

Cliquez sur "Plus de détails" pour lire l'article entier 

L’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur. Il existe une réglementation qui contraint à tracer un guide de bonne pratique. Il doit être opérationnel à partir du 1er janvier 2018 dans les écoles et les crèches », explique Patrick Padovani, adjoint, au maire LR de Marseille, délégué à la santé. Une préconisation qui devra s’appliquer d’ici 2020 aux centres de loisirs et d’ici 2023 à tous les établissements publics. Marseille est l’une des rares villes de France à avoir participé à l’étude internationale Isaac mise en place par la clinique des bronches de l’hôpital Nord pour connaître la prévalence des maladies allergiques des écoliers en fonction de l’air qu’ils respirent. « Depuis 2015, c’est désormais une obligation d’évaluer l’air perçu », affirme Dominique Robin, directeur d’Air Paca. 1 500 écoliers de 64 classes ont participé à cette étude permettant d’évaluer la prévalence des maladies allergiques des élèves. « Ce qui en fait la plus grande enquête mondiale », souligne le professeur Charpin. Le pneumologue confirme une augmentation de trois maladies que sont l’asthme, la rhinite allergique et l’eczéma. Une progression liée à d’autres facteurs environnementaux que sont l’insalubrité des logements et l’alimentation. Mettre l’accent sur l’espace confiné des écoles permettra de mettre en place d’ici la rentrée de 2018 des mesures de prévention, lorsque l’on sait que 79% des classes échantillonnées par Air Paca présentent des niveaux de confinement élevés. Si l’aération de salles de classe fait partie des premières mesures d’urgence, à la prochaine rentrée, 411 capteurs devraient être installés dans des classes témoins de la ville.« L’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur. Il existe une réglementation qui contraint à tracer un guide de bonne pratique. Il doit être opérationnel à partir du 1er janvier 2018 dans les écoles et les crèches », explique Patrick Padovani, adjoint, au maire LR de Marseille, délégué à la santé. Une préconisation qui devra s’appliquer d’ici 2020 aux centres de loisirs et d’ici 2023 à tous les établissements publics. Marseille est l’une des rares villes de France à avoir participé à l’étude internationale Isaac mise en place par la clinique des bronches de l’hôpital Nord pour connaître la prévalence des maladies allergiques des écoliers en fonction de l’air qu’ils respirent. « Depuis 2015, c’est désormais une obligation d’évaluer l’air perçu », affirme Dominique Robin, directeur d’Air Paca. 1 500 écoliers de 64 classes ont participé à cette étude permettant d’évaluer la prévalence des maladies allergiques des élèves. « Ce qui en fait la plus grande enquête mondiale », souligne le professeur Charpin. Le pneumologue confirme une augmentation de trois maladies que sont l’asthme, la rhinite allergique et l’eczéma. Une progression liée à d’autres facteurs environnementaux que sont l’insalubrité des logements et l’alimentation. Mettre l’accent sur l’espace confiné des écoles permettra de mettre en place d’ici la rentrée de 2018 des mesures de prévention, lorsque l’on sait que 79% des classes échantillonnées par Air Paca présentent des niveaux de confinement élevés. Si l’aération de salles de classe fait partie des premières mesures d’urgence, à la prochaine rentrée, 411 capteurs devraient être installés dans des classes témoins de la ville.

Lire l'article sur la Marseillaise.fr en cliquant ici 

L’étude est consultable sur le site d’Air Paca.

 La qualité de l’air est notre affaire, mais aussi la vôtre. N’oubliez pas vos obligations..

CONTACTEZ NOUS avant de prendre une décision, la réglementation a changé et s’est adaptée, nous vous conseillerons sur les différentes possibilités.

Retour

 

Spécialisée dans le contrôle et entretien de réseaux aérauliques (VMC, Centrale de traitement de l’air, réseaux d’extraction, etc.), l’analyse de la qualité de l’air intérieur (QAI), TECHNORAM, basée en Lorraine près de Nancy, intervient dans un large secteur :